Vendredi 15 Aout...rien que la date m'amuse à cause de tous ces gens qui prennent leur voiture pour aller ce promener à la mer ci possible et je me dis qu'ils sont ou fou, ou qu'ils ont beaucoup de courage.

Et bien cette année la famille du coté de ma femme (que des retraités) a trouvée le moyen d'organiser "les cousinades" le....15 Aout justement. Donc voiture pour descendre jusqu'à Carcassonne, repas gargantuesque pour ceux qui le voulais au restaurant "la conserverie d'Eymeric" qui est tenue par un cousin justement! j'vous raconte pas la suite pour les amateurs de bonne chaire, le cycliste que je tente d'être fait bien pale figure au milieu de ces ogres prêt à en découdre déjà à l'apéro.

Apéro: Dom:1/ Oncles:10 Y a pas eu photo comme on dit. pour le repas, c'était juste nickel sans trop ni trop peu avec un dessert à tomber par terre.

Jusque là, cela ne vous intéresse pas plus que ça sauf que parmi tous ces gens il y en a quelques uns qui font du vélo. 4 pour être exact. Mon cousin Stephane, son père Claude avec lesquels je roule régulièrement sur St Marcelin et ensuite Alain qui vient d'avoir une prothèse de hanche et Patrick ex-entraîneur de rugby qui n'a pas le profil du cycliste mais qui aime prendre des baffes, alors ça va le faire. Nous décidons de partir faire une petite viré du coté des gorges de Galamus, site classé et oh combien magnifique qui mériterait un reportage à lui tout seul, puis retour par Bugarach qui a été rendu célèbre en l'an 2012 comme étant le seul endroit du monde qui ne subirait pas la fin du monde.

Départ 8H15 depuis Espéraza petite bourgade qui se meure juste à coté de Quillan célèbre pour son critérium d'après Tour (le plus vieux encore en activité) qui a vu la victoire de Chavanel la veille pendant que nous ripaillons à Carcassonne.

Départ donc d'Espéraza pour Quillan et direct nous attaquons par le col de St Louis qui permet de passer du département de l'Aude à celui des Pyrénées Orientales. (706M)

La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...

Nous plongeons pour une descente à la fois envoûtante et vraiment, vraiment dangereuse, et pour que je dise ça c'est que franchement c'est limite. Revêtement absolument horrible et de nombreux virages qui se resserrent et avec une accroche plus que limite à tels point qu'en 1839 la Duchesse et le Duc d'Orléans ont du s’arrêter manger en plein milieu en chaise à porteurs car ils ne tenaient plus la route!! Là je blague mais la route fait un passage dessus-dessous absolument magnifique...

La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...

Direction maintenant St Paul de Fenouillet par une petite bosse que je vais monter avec le cardio calé à 150 puls et je vais m'approcher sans le savoir à 3 secondes du KOM!! les boules...

Bref St Paul passé nous attaquons directement la montée sévère pour les Gorges de Galamus et à partir de là la fin du monde commence à peser sur les épaules d'Alain et de Patrick qui voient en cette montée leur Alpes d'Huez, Galibier, Mortirolo etc...tous réunis en une montée de 9 KM! mais comme disait çi bien Pierre de Coubertin le principal étant de participer, nul besoin de chercher un chrono il nous fallait juste arriver pour midi au restaurant réservé sur la route. Du coup j'avais le temps de monter un peu, faire des photos et quelques aller-retour pour encourager le dernier.Le site de Galamus est fantastique de beauté.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ermitage_Saint-Antoine_de_Galamus

La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...

Une fois les gorges passées nous poursuivons notre route pour nous rendre au restaurant situé au KM 60 mais avant cela il y a encore quelques bricoles à passer comme le col de Bancarel qui se monte en deux parties mais toutes aussi roulantes l'une que l'autre avec un pourcentage moyen situé autour des 4%. Mon cousin en manque d'entrainement ne tiendra pas ma roue dans cette difficulté alors que je monte au train à 21-23 KM/H et avec mon fixie de surcroît. Pour ce qui est d'Alain et de Patrick le chemin de croix continu et Bugarach est leur fin du monde car le restau arrivant la tête leur dit de lacher, mais encore faut-il se hisser jusqu'au sommet....ouf, ouf...encore un effort tonton...

Mais on y est bientôt, juste encore faut-il passer le col du Linas....voila qui est fait. En arrière plan de la photo du col vous verrez la montagne qui a fait trembler Hollywood.
BUGARACH!!

Ensuite c'est une belle descente jusqu'au village de Bugarach ou je me paierai le luxe de faire l'exter à une moto, comme en moto GP...la classe.Mais oui avec 44X17!

Arrêt au restau ou je vais me régaler avec les spécialité locales et Catalanes et il y a de quoi faire. Mais je fais gaffe car nous en sommes à plus de 3 heure de vélo et j'ai dépensé 935 KCal! autant dire que je ne vais pas me faire péter les varices aujourd'hui mais peut-importe, le vélo n'est pas toujours une histoire de chrono mais bien plutôt de plaisir et de partage et ce vélo là je l'aime aussi peut-être plus que celui du m'as-tu vu.

J'ai fais une entorse au règlement en gouttant au charcuteries locales comme la saucisse de foie que je mangerai sur la tête d'un pouilleux comme on dit.

La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...

Le retour (30 KM) se fera juste avec une petite bosse et une belle descente avec comme convenu un sprint rageur arrivé à Couiza en passant par le village thermal de Rennes les Bains non loin de Rennes le Château ou dit-on un formidable trésor est caché.

De sprint il n'y aura pas car j'ai mis un petit sac sans rien dire, l'air de rien et j'ai pris une minute rapidement ensuite suffisait de gérer en faux-plat descendant.

Merci messieurs pour ce moment de convivialité que nous avons passé ensemble, qui apporte la preuve que nous pouvons quelque soit notre niveau, faire de superbes sorties ensemble sans qu'il soit question de se battre comme des chiffonniés pour un GPM ou une pancarte. 92 KM / 4H01 / 1320m de dénivelé / 119puls de moyenne et 7H de partage sans aucunes prise de tête ni crevaison...que des gens ordinaires avec leur envie de se faire plaisir ensemble et sincèrement sur ce coup là je pense qu'ils ont été meilleurs que moi car je n'ai pas eu besoin de forcer, alors qu'eux, ils ont fait 4H de vélo au dessus du seuil critique de "j'en peux plus"...

Encore merci Stephane, Alain, Claude, et Patrick..

La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
La fin du monde à Bugarach a bien eu lieu...
Retour à l'accueil