La Dromoise 2017. La 10e édition de cette cyclo qui visite notre belle Drôme, mais de son coté le plus sauvage, le plus bucolique, le plus esthétique. Cette année, les organisateurs avaient mis les petits plats dans les grands, avec de belles nouveautés comme une rando la veille sur une distance de 128KM et 2600M de dénivelé qui aura, je pense reçu un accueil mitigé, car faire ça la veille de la cyclosportive c'est juste se mettre une balle dans le pied pour qui veux faire "la course" le dimanche, mais elle a au moins le mérite de proposer une visite du Sud Vercors. J'ai pu faire la reco le vendredi avec mon ami Denis en mode soft. C'est splendide, pas une voiture, de l'air frais et des paysages à couper le souffle même si une descente sur St Jean en Royan avec une remonté sur le col du Pionnier aurai ouvert encore d'autres perspectives.

Bref, le dimanche étant réservé à la vraie Drômoise avec ses 5 parcours différents qui en donne pour tous les niveaux et qui s'étale de 23 à 147KM. Pour Kélian, c'était la première fois qu'il faisait du vélo avec autant de monde et il s'en est pas trop mal sorti même s'il a eu un coup de mou dans le final. Afin d'éviter tout risques de chute et de me retrouver à l'hôpital à Die au lieu de Lyon , nous sommes parti les derniers puisque nous étions au niveau de la Porte St Marcel, c'est-à-dire un gros quart d'heure de retard sur la tête au moment de passer la ligne, mais peut importe l'essentiel n'était pas de faire un temps, mais bien plutôt de passer un bon moment avec mon fils, Maya, Pascal, Benoit et toutes celles et ceux qui ont fais le peloton du jour. Je reconnais quand même que ça n'est pas évident de remonter la longue grappe de cyclistes qui montent à leur vitesse le premier col de la journée : le col de Penne. Ensuite, une fois la descente sur Recoubeau attaquée, les choses vont s’éclaircir et être beaucoup plus facile.

RecoubeauChatillonBoulcMisconLuc en DioisMenglon, St Roman (là ou Kélian va sauter de la roue) Pont de Quart et Die, tout va s’enchaîner assez vite finalement et nous serons rentré pour l'apéro... Je me serai fait un dernier petit plaisir à rouler sur cette Drômoise avec ma jambe gauche. La prochaine fois (j'espère) se sera avec la prothèse, donc ça ira mieux ça, c'est incontestable, car les douleurs deviennent insupportables, m'empêchant de dormir la nuit et n'autorisant aucun appui sur cette jambe quand je suis sur le vélo. (j'ai même appris à faire de la danseuse en tirant avec la jambe droite)

Un grand merci aux organisateurs, aux bénévoles, et à tous ceux qui ont pu faire que cette Drômoise 2017 aura été une véritable réussite, car aujourd'hui, pour mettre sur pied une telle organisation, il vaut mieux être bien accroché pour passer les obstacles de la paperasse et autres autorisations diverses et variées. À l'année prochaine ?

 

Le lien pour la vidéo:  https://youtu.be/aroEOFiwpF8

Maya, toujours avec le sourire. En même temps ça reste simplement du vélo. La Porte St Marcel ou nous avons attendu que l'on puisse partir.Maya, toujours avec le sourire. En même temps ça reste simplement du vélo. La Porte St Marcel ou nous avons attendu que l'on puisse partir.Maya, toujours avec le sourire. En même temps ça reste simplement du vélo. La Porte St Marcel ou nous avons attendu que l'on puisse partir.

Maya, toujours avec le sourire. En même temps ça reste simplement du vélo. La Porte St Marcel ou nous avons attendu que l'on puisse partir.

Le col de Miscon est un vrai chantier surtout à  la descente ou les gravillons sont toujours présents. C'est chaud par moments quand même.Le col de Miscon est un vrai chantier surtout à  la descente ou les gravillons sont toujours présents. C'est chaud par moments quand même.
Le col de Miscon est un vrai chantier surtout à  la descente ou les gravillons sont toujours présents. C'est chaud par moments quand même.Le col de Miscon est un vrai chantier surtout à  la descente ou les gravillons sont toujours présents. C'est chaud par moments quand même.
Le col de Miscon est un vrai chantier surtout à  la descente ou les gravillons sont toujours présents. C'est chaud par moments quand même.Le col de Miscon est un vrai chantier surtout à  la descente ou les gravillons sont toujours présents. C'est chaud par moments quand même.

Le col de Miscon est un vrai chantier surtout à la descente ou les gravillons sont toujours présents. C'est chaud par moments quand même.

Reco de la rando...Reco de la rando...Reco de la rando...
Reco de la rando...Reco de la rando...
Reco de la rando...Reco de la rando...Reco de la rando...

Reco de la rando...

Denis a pu discuter avec un gars plus jeune que lui...la différence? A 69 ans Denis fait le tour Rousset, La Chaux, Bataille à 23 de moyenne alors que son conscrit fait le tour des bistrots. Chacun sa façon de concevoir la vie et perso je préfère celle de Denis même si je peu aussi comprendre que la vie n'est pas toujours facile pour tous le monde et certainement que ce monsieur a du avoir une vie difficile, pour avoir discuter 5' avec lui. Courage.

Denis a pu discuter avec un gars plus jeune que lui...la différence? A 69 ans Denis fait le tour Rousset, La Chaux, Bataille à 23 de moyenne alors que son conscrit fait le tour des bistrots. Chacun sa façon de concevoir la vie et perso je préfère celle de Denis même si je peu aussi comprendre que la vie n'est pas toujours facile pour tous le monde et certainement que ce monsieur a du avoir une vie difficile, pour avoir discuter 5' avec lui. Courage.

Retour à l'accueil